Questions générales sur INTERLIS

Qu'est-ce que INTERLIS ?

INTERLIS est un langage de description et un mécanisme d'échange pour les géodonnées (ci-aprés géo-language). Avec ce langage unique, les professionnels peuvent modéliser précisément leurs modèles de données et ainsi en déduire leurs applications et leurs interfaces. L'idée de base d'INTERLIS se résume à ce qu'un échange digitale d'informations structurées est seulement possible lorsque les deux échangeurs ont une idée unique et précise du genre de données à échanger. Ainsi, INTERLIS se préoccupe de la description conceptuelle et neutre de la structure des géo-données, indépendamment de tout système tout en fixant un format de transfert standard. Le système neutre d'échange de données (ITF pour la version 1 et XML pour la version 2) est prédéfini.
INTERLIS 1 a été inscrit, en 1993, dans la legislation pour la Mensuration Officelle (MO) et est, depuis 1998, une norme suisse (SN612030) enregistrée auprès de l'association suisse de normalisation (www.snv.ch).
En septembre 2003, INTERLIS 2 sera, après plusieurs années de développements et de tests, publié comme norme officielle SN612031. INTERLIS 2 contient d'importantes améliorations, comme par ex. la réplication des données (synchronisation, livraison incrémentielle des données), la complète compatibilité avec le standard UML, XML et ISO 19100 et aussi des possibilités pour les représentations graphiques.
La plupart des systèmes d'information géographique (suisse) supportent ces standards et il y a environ une centaine de projets, dans des groupements professionnles divers, où INTERLIS est employé avec succès.

Quelles sont les avantages d'INTERLIS ?

Il y a 5 points avantages majeures d'UML et INTERLIS :

  • Accord parmi les spécialistes concernant les différentes orientations, du géomaticien et planificateur à l'informaticien
  • Automatisation du transfert via la compatibilité des systèmes (interopérabilité des données et des systèmes via le transfert orienté modèle
  • Protection des investissements à long terme
  • Efficacité de l'intégration des données et des systèmes 
  • Qualités (vérifications) des données 


L'utiltié d'INTERLIS a été prouvé sur la base de critères et études de cas (voir Rapport 17 du S+T www.swisstopo.ch).

Quels sont les signes distinctifs d'INTERLIS en comparaison des autres standards ?

5 points distincts incitent à adopter une action conjuguée d'UML et d'INTERLIS:

  • INTERLIS permet l'intégration des données et des systèmes:
  • INTERLIS offre une protection d'investissement sur les données, sur la documentation des applications et du savoir, par la compatibilité internationale et un large soutien au niveau national (normes, cours)
  • INTERLIS favorise l'efficacité par des outils d'implémentation
  • INTERLIS assure la sécurité future
  • INTERLIS est concurrentiel (il y a peu d'alternatives):
  • UML seul n'est pas suffisant, ne respecte pas ISO 19100
  • OGC respecte partiellement: utilisation informelle d'UML et le schéma XML n'est pas orienté modèle, mauvaise lisibilité
  • Les Webservices sont par ex. a) pas encore là et b) exige des descriptions de données ... comme UML/INTERLIS
  • Bases de données (par ex. ORACLE) seules sont généralement centralistes, par définition propriétaire, pas documenté au niveau de la conception, n'offre aucune interface

Quelles sont les propriétés les plus importantes d'INTERLIS ?

  • INTERLIS est compatible et consistant avec les standards internationaux
  • INTERLIS est orienté modèle via des interfaces claires pour les données et les opérations, c.-à-d. l'information est combinée avec des modèles de données, resp. de géodonnées, et la définition automatisée des interfaces de système neutre (XML, APIs)
  • INTERLIS est compact, stable et consistant; en effet le manuel de référence contient moins que 80 pages et n'est pas modifié tous les 6 mois ! INTERLIS 2 offre une syntaxe similaire pour toutes les vues sur les données.
  • INTERLIS a été implémenté sur différents systèmes et ainsi testé dans la pratique, par ailleurs INTERLIS est disponible gratuitement en tant que norme officielle !
  • INTERLIS est générique et universel, dont la spécification ...
  • est orientée objet : modélisation et lecture assistée par ordinateur des données étendues
  • permet la synchronisation : Replication de systèmes/données distribués (ce que l'on appelle livraison incrementelle des données)
  • permet le multilinguisme : lecture et administration automatique des données issues de modèles de données multilingues
  • est spécifiqe aux géodonnées: connaît (au besoin) des types de données géomètriques; conditions de cohérence, définitions graphiques y compris de signatures


Modèle INTERLIS, Modélisation INTERLIS, données INTERLIS

Existe-t'il des exemples de modèle de données en INTERLIS ?

Voir sous «Modèles»

Existe-t'il un aperçu des réalisations des modèles de données en INTERLIS ?

Voir sous «Modèles»

Ou trouve-t'on des exemples au format INTERLIS ?

Existe-t'il déjà une biblitohèque de symbole en INTERLIS 2 (par ex. Symboles de points) ?

En préparation ...


Mieux connaître INTERLIS

Qui a développé INTERLIS ?

Les spécifications INTERLIS sont gérées par la coordination des système d'information géographique de la Confédération (COSIG) et développées sur ordre de la direction fédérales des mensurations cadastrales (D+M), Swisstopo, Wabern, soutenue par une loi de la mensuration officielle suisse. La D+M et le COSIG sous-traitent les travaux concernant les spécifications à un groupement de professionels spécialisés (INTERLIS-Kernteam). Lequel regroupe des représentants des hautes écoles, de l'administration publique, de l'industrie des logiciels et consultants. INTERLIS a été présenté lors de conférences internationales GIS, avec succès et est reconnu par les instances de normalisation internationales, comme probablement la première norme orientée modèle a large échelle, pour laquelle des outils ont a été réalisés.

Quelles organisations et entreprises sont derrières INTERLIS ?

Premièrement les Services de la Confédération (COSIG et D+M) sont derrières le développement INTERLIS. Puis les administrations cantonales et communales ont la compétence ou simplement le devoir de régler la gestion et l'échange des géodonnées. Du fait que l'utilisation la plus forte découle de l'administration publique, il est logique que cette norme soit utilisée et encouragée par elle-même. Les organisations centrales qui recommandent cette norme à leurs membres font parmi des grandes organisations nationales, comme p. ex. l'OSIG, la SSIGE ou le VSA, etc. Ils sont en réalité les utilisateurs qui ont un besoin de documenter et d'intégrer cette norme avec d'autres données.

Quelles alternatives y a-t'il à la modélisation basée sur UML et INTERLIS ?

Nous n'avons pas connaissance, à l'heure actuelle, d'alternatives orientées modèle qui pourraient remplacer UML et INTERLIS. Il y a probablement quelques efforts consentis dans cette direction, comme le montrent les exemples suivants:

  • ISO 19100 (état 2003): La série ISO 19100 utilise également UML lié à des types de données spécifiques, de façon semblable à INTERLIS. Les presque trente (!) spécifications ISO 19100 ne sont ni testées ni aussi "légères". C.-à-d. il faut se poser la question si elles sont implémentables. l'ISO reconnaît elle-même que les travaux visant à l'acquisition de ce que l'on appelle "profils" devraient commencer. Jusqu'à ce que les dernières normes ISO 19100 soient adoptées, il s'écoulera encore quelques années. Et si les normes ISO agissent contre les standards par facto, comme OGC, cela deviendrait complètement incertain. Il est aussi possible que les spécifications ISO "soient absorbées" par OGC.
  • UML informelle (état 2003) : OGC utilise par exemple également UML dans ses spécifications, toutefois que comme pure documentation informelle. Les règlements obligatoires sont fixés comme spécificité de plateforme, ce qui peut être qualifié d'approche "Multi-Plattforme". Celle-ci a le désavantage que les modifications des spécifications de base doivent être prises en considération manuellement par toutes les spécifications dépendantes et que des spécifications pour des plates-formes supplémentaires sont également liées à un plus grand travail manuel. En outre, cette approche implique pratiquement la production de logiciel générique. Tout cela complique la réalisation, conduit à un manque de possibilité de réutilisation ainsi qu'à une dépense de migration accrue.
  • XML modèle seul: Le modèle XML va certes dans à la même direction qu'INTERLIS, mais est lié toutefois étroitement à XML et contient les types de données qui sont orientés vers des langages de programmation. XML a été ébauché de manière très générale en modèle visant l'examen des documents XML et n'atteint pas le niveau de conception qui est nécessaire (et possible), pour décrire des services d'interface. En outre, un modèle XML est clairement moins lisible par les hommes et ne contient contrairement à UML et INTERLIS pas des concepts poussés orientés objets (UML: agrégation, Packages), ni de types de données géométriques, encore moins les possibilités étendues d'INTERLIS 2 (multilinguisme, unités de mesure, définitions graphiques, systèmes de référence, conditions de cohérence géométriques, etc.).
  • GML avec modèle XML (état 2003): GML se base sur le modèle XML, c.-à-d. que toutes les restrictions mentionnées dans le point 3 sont encore valables, exceptions faites des types de données géométriques (OGC Simple Features) et à partir de la version 3.0 GML, des systèmes de référence et unités de mesure. Les OGC Simple Features contiennent des restrictions importantes (pas de topologie, seules lignes périphériques entières) et il manque encore des qualités importantes (livraison incrémentielle des données, définitions graphiques, etc.). En outre, les spécifications ne doivent plus être désignées comme "légère" et implémentable d'une manière robuste (beaucoup de sous-standard XML). Les nouvelles versions GML ne sont pas livrées de façon prévisible (avec beaucoup de modifications) et avec un rythme élevé, cela ne facilite pas le suivi de son développement.
  • UML Human Readable Textual Notation (HUTN) et XMI: Avec l'OMG, des propositions de spécifications relativement nouvelles ont été publiées, pour améliorer les "Model-Driven Architecture". Celles-ci sont toutefois des bases de discussion pures dont la sortie et l'horizon de publications sont incertains.
  • Webservices: Le "Hype" actuel autour de cette "nouvelle" technologie ne doit pas nous faire oublier que les opérations en réseau sur des données opérationelles doivent être décrites dans les structures (types de données). Même les discussions les plus actuelles se tournent autour des métadonnées sur les opérations (c.-à-d. données sur les opérations). Tout le cela exige des documentations et des modèles d'application, qui sont à nouveau descrits avec UML et INTERLIS...
  • Services d'interface propres: De propre langues et services d'interface peuvent aussi être développés.
  • Entité relation ou UML comme définition unique: commencer avec des diagrammes structurels signifie qu'il n'y a aucune illustration et documentation directe pour des services d'interface.
  • Pas d'interopérabilité des données et des systèmes: Des logiciels qui saisissent et/ou écrivent des données pour eux-mêmes et qui ne sont ni maintenues ni réemployées, ne nécessitent aucune documentation ni interfaces communes

Quand cela n'est-il pas rationnel de modéliser sur la base d'UML et INTERLIS ?

Réponse 1:
Si cela ne nécessite pas d'interopérabilité des données et des systèmes.
Réponse 2:
Si on arrive à la conclusion qu'une des alternatives actuelle suffit à nos besoins (voir Question "Quelles alternatives y a-t'il à la modélisation basée sur UML et INTERLIS ?")

Pourquoi par ex. les fichiers shapes ne suffisent pas pour l'interopérabilité des données (INTERLIS-Transfert versus Shapefile) ?

Les fichiers Shape sont propriétaires (même s'ils sont rendus publics) et ne suffisent ni comme format et encore moins comme language de description. De cette façon, on constate des pertes d'information (voir les réponses à la question «Quelles sont les avantages d'INTERLIS»).

Quelles sont les différences essentielles entre la version 1 et la version 2 d'INTERLIS ?

  • INTERLIS 2 est plus puissant qu'INTERLIS 1:
  • Livraison incrémentielle des données (réplication)
  • Définition graphique et modèle de signatures
  • Plus précis (unités de mesure, contôle de cohérence)
  • Modèle de données et données multilingues possible
  • Extension de modèle contrôlable
  • INTERLIS 2 est plus simple qu'INTERLIS 1:
  • Lecture des données étendues sans configuration supplémentaire
  • AREA est codé comme SURFACE
  • INTERLIS 2 est homogène comme INTERLIS 1:
  • Stable: Les standards dureront plus longtemps que les changements rapides de notre époque
  • Automatisé: Il existe des outils de conversion
  • Réalisable avec un manuel de référence compacte et simple (< 80 pages)
  • Encore plus claire et plus compacte que beaucoup d'autres normes

Quelles sont les raisons de migrer d'INTERLIS 1 à INTERLIS 2 ?

INTERLIS 2 prouve la sécurité de cette norme:

  • permet une livraison incrémentielle des données, c.-à-d. des données de base plus efficace
  • connaît la description graphique y compris les couleurs, signatures réutilisables
  • est consistant avec les standards internationaux comme XML, GML, UML et ISO 19100
  • et on peut avec INTERLIS 2:
  • lire automatiquement des données étendues (par ex. cantonales) sans configuration supplémentaire
  • administrer et lire des schémas multi-lingue
  • définir des conditions de cohérence et unités de mesure, c.-à-d. avec encore une meilleure qualité
  • migrer simplement d'INTERLIS 1 vers INTERLIS 2 (et retour)

C.-à-d. qu'INTERLIS 2 offre encore plus de protection des investissements et est soutenu encore plus efficacement au niveau international.

Que signifie la méthode «orienté modèle» ?

Ce que l'on appelle méthode "orienté modèle" signifie l'utilisation de techniques modernes de gestion de projet (modélisation des géodonnées) au moyen d'un language de description des données (p. ex. le langage INTERLIS) et des règles pertinentes, lequelles permettent un système neutres d'interface (p. ex. INTERLIS 2 / fichier de format de transfert XML).

Note: Le plus grand consortium de fabricant informatique, OMG, a présenté un programme stratégique et l'a diffusé largement sous le slogan «The Model-Drive Approach» en 2001 qui correspond précisément au principe orienté modèle (www.omg.org/mda).

INTERLIS est seulement une solution «suisse» : Quel est l'avenir d'INTERLIS ?

INTERLIS 1 a été utilisé depuis plus de 10 ans (1991) et sera encore utile dans la mensuration officielle encore quelques années. INTERLIS 2 sera publié en 2003 comme norme suisse et prouve qu'il est possible de l'adapter aux technologies actuelles, comme p. ex. l'orientation objet ou le XML. Nous ne connaissons aucune autre alternative à la méthode "orienté modèle" ! Si les normes internationales sont meilleures, on peut, le moment venu, sur la base de données documentées qualitativement testées, migrer à l'aide d'outils. Pour l'instant, sur la scène des normes internationales tout est encore en cours. On est content, qu'il y ait des normes durables. C'est pourquoi on parle d'INTERLIS comme norme durable et sûre pour le futur.

Peut-on aussi utiliser la méthode orienté modèle (et avec INTERLIS), lorsque les données sont déjà existantes ?

Oui. Une documentation a ici un sens. Beaucoup de métadonnées sur des géodonnées sont actuellement saisies de cette manière. C'est comme si, on reconstruisait les anciens plans de villes. Ces plans pouvait fournir une information supplémentaire (p. ex. une vue d'ensemble ou un détail), celle-ci ne ne pourrait pas être perçue en ne considérant les bâtiments seuls.


Questions techniques sur INTERLIS

Est-ce qu'INTERLIS est compatible avec UML ?

Oui! Plus précisément dit: INTERLIS renvoit de manière compatible un diagramme de classe et/ou de structure UML - et en partie à OCL. D'autres types de diagramme, comme p. ex. des diagrammes de séquence ne sont pas (encore) des objectifs d'INTERLIS, puisque ces besoins p. ex. peuvent être couvert par par des langages de programmation orienté modèle. On considère aussi les atouts fondamentaux d'INTERLIS par rapport UML (voir Question «Quelles alternatives y a-t'il à la modélisation basée sur UML et INTERLIS»).

Est-ce qu'INTERLIS est compatible XML et/ou avec un schéma XML ?

Oui, 100%: Voir le manuel de référence INTERLIS 2 et le compilateur INTERLIS 2 qui produit d'INTERLIS 1 et d'INTERLIS 2 des modèles correspondants en XML.

Est-ce qu'INTERLIS est compatible avec GML ?

Oui! Mais il y a quelques différences suivants la version de GML considérée. Avec la capacité et la flexibilité d'INTERLIS, il est possible de produire le GML (Version 1, 1.1, 2.1, 3, ...) à 100% et de le récupérer à 99%. On considère aussi les atouts fondamentaux d'INTERLIS par rapport GML (voir Question "Quelles alternatives y a-t'il à la modélisation basée sur UML et INTERLIS ").

Quand pourra t'on obtenir la version définitive de la norme INTERLIS 2 ?

Printemps 2003 comme spécifications du COSIG et à la SNV en tant que norme SN612031

Quels sont les solutions possibles pour passer d'INTERLIS 1 (ILI1) ou INTERLIS 2(ILI) vers UML et retour ?

INTERLIS 1=>UML avec Visio (ili2visio de Eisenhut Informatik);
INTERLIS 1=>UML avec UML/INTERLIS-Editor de COSIG et Rational Rose Tool;
INTERLIS 1=>INTERLIS 2 & INTERLIS 1=>INTERLIS 2 avec le compilateur et avec l'UML-Editor;
UML=>INTERLIS 2/INTERLIS 1 avec UML/INTERLIS-Editor de COSIG et Rational Rose Tool.

Ou peut-on trouver de plus amples informations sur les modèles de données INTERLIS ?

Sous INTERLIS 1

A partir de quand existera-t'il des software INTERLIS 2 pour les GIS ?

Dès aujourd'hui: UML-Editor et Rational Rose Tool; Dès 2003 convertisseur ICS; A partir de 2004 par différents constructeurs de logiciels, entre autre GeoMedia et Adalin.

Pour quels convertisseurs GIS n'y a-t'il pas encore de dates prévues ou de contrats/projets connus ?

InterlisStudio ?, FME ?, C-Plan ?, Bentley ?

Peut-on convertir les données d'INTERLIS 1 en INTERLIS 2 ?

Oui en partie automatiquement, en partie avec les indications du modèle de données (par ex. MD.01-MO-CH).

Peut-on convertir les données d'INTERLIS 2 en INTERLIS 1 ?

Oui en partie automatiquement, en partie avec les indications du modèle de données (par ex. MD.01-MO-CH); (la conversion fonctionne également après GML; cf. autres FAQ).


Software INTERLIS

Est-ce qu'INTERLIS est aussi un standard secondaire XML ?

Oui, voir le manuel de référence INTERLIS 2

Existe-t'il des projets Open-Source et Freeware pour INTERLIS ?

Firme avec FreeWare à INTERLIS: infoGrips ZürichEisenhut Informatik.


Kartenausschnitt

(FR) INTERLIS ist eine Beschreibungssprache, mit der die langfristige Kompatibilität unter verschiedlichen Systemen gewährleistet werden soll. INTERLIS ist software- und systemunabhängig. 

Die aktuell meist genutzte Version ist INTERLIS 2, Version 2.3.

(FR) INTERLIS – wer steckt dahinter?

KOGIS (Koordination, Geo-Information und Services) ist in Zusammenarbeit mit den eCH-Fachgruppen Hüterin der formalen Sprache INTERLIS und stellt die notwendigen Informationen und Dokumente zur Verfügung. Die Aktivitäten der Bundesverwaltung im Bereich Geoinformation (GI) und Geoinformationssysteme (GIS) werden ebenfalls von KOGIS koordiniert. Siehe https://www.kogis.ch

Unsere Kontaktangaben finden Sie hier.

Login